Articles

23ème édition de l'Observatoire

L’actualité du 2ème trimestre 2017 : après avoir atteint des niveaux très bas, le volume de raccordement connaît enfin une reprise



Le volume de raccordement au 2ème trimestre 2017 s’établit à 220 MW, dont 50 MW avec un projet important se raccordant sur le réseau de transport. Ce volume est très supérieur à celui du trimestre précédemment et supérieur à celui du 2ème trimestre 2016.

 

Ce 2ème trimestre est marqué :
  • par une hausse continue du segment des installations domestiques (<9 kW) avec un niveau assez faible (23 MW), 
  • par une nouvelle hausse du segment des moyennes toitures (9 à 100 kW) qui, depuis son décrochage fin 2015, se redresse et s’établit à 37 MW ce trimestre,
  • par une hausse sporadique du segment des grandes toitures (100 à 250 kW), atteignant un niveau de 17 MW, segment où les volumes alloués par les vagues d’appels d’offres restent caractérisés par un taux d’abandon d’environ 40%,
  • par un « petit » pic de raccordement à 8 MW sur le segment des très grandes toitures (250 kW à 1 MW), 
  • par une hausse significative du segment des grandes installations (1 MW et +), s’inscrivant à 135 MW ce trimestre et marqué par un raccordement de 50 MW sur le réseau de transport (« seulement » 85 MW sur le réseau de distribution).

La file d’attente poursuit sa croissance, au rythme actuel de raccordement, elle pourrait représenter 3 ans, voire 4 ans de nouvelles capacités à raccorder.

Cette reprise généralisée à tous les segments pourrait trouver ses raisons dans la mise en service des projets AO CRE 3 et de la 3ème vague d’appels d’offres « toitures 100 à 250 kWc ». La durabilité et l’intensité de cette reprise sont questionnées.

Ce redressement au 2ème trimestre 2017 est un bon signe, toutefois la barre du GW ne sera atteinte qu’à raison de 350 MW par trimestre.

France Territoire Solaire a participé à une étude conduite par FINERGREEN avec ENERPLAN dont la finalité était de déterminer le taux d'avancement des projets lauréats de l'AO CRE 3. La synthèse de cette étude est téléchargeable ici.

 
NB : les chiffres de cet Observatoire concernent la France continentale, ils sont légèrement différents des chiffres du CGDD, car l’Observatoire n’a pas accès aux données de raccordement et de file d’attente des entreprises locales de distribution (ELD), ces dernières n’étant pas publiées.

76 GW de nouvelles installations photovoltaïques raccordées dans le Monde en 2016 (51 GW en 2015)

2016 a effectivement constitué un « grand millésime » au niveau mondial, en croissance par rapport à 2015 (+ 50%). Le marché mondial a atteint 76 GW à fin 2016, contre 51 GW à fin 2015 (sources concordantes : IRENA, SolarPowerEurope…).

Première énergie électrique installée dans le Monde en 2016 (en terme de nouvelles capacités installées).

L’électricité photovoltaïque est compétitive dans de nombreux pays, son prix de revient est devenu inférieur aux autres sources de production d’électricité traditionnelles ou renouvelables.

 

Référence : l’analyse du marché français en 2016

Le niveau de raccordement s’est établi à 551 MW en 2016 (hors ELD), en baisse de 35 % par rapport à la puissance raccordée en 2015.

Cet étiage des raccordements peut s’expliquer comme la conséquence d’une politique de soutien incertaine et chaotique entre 2013 et 2014 perturbant le cycle de développement des projets. Les difficultés d’approvisionnement sur les projets de l’AO CRE 2 (notamment CPV) et AO CRE 3, ainsi que la mise en œuvre « poussive » des projets de l’AO CRE 3 n’ont pas permis de redresser la situation. 

Ce niveau de raccordement est le plus bas jamais observé depuis 2010 (2010 correspondant au démarrage du photovoltaïque en France). Les segments des moyennes toitures (9 à 100 kW) et des grandes installations (1 MW et +) montrent des baisses de plus de 40%, le segment des toitures résidentielles reste stable, seul le segment de grandes et très grandes toitures connaît une croissance de plus de 40%. 

 
Mis à jour le lundi 29 janvier 2018 22:17

24ème édition de l'Observatoire

L’actualité du 3ème trimestre 2017 : tous les segments étant à la baisse, la reprise prévue connaît un ralentissement

 



Le volume de raccordement au 3ème trimestre 2017 s’établit à 180 MW, dont 10 MW d’un projet important se raccordant sur le réseau de transport. Ce volume est inférieur à celui du trimestre précédemment et mais bien supérieur à celui du 3ème trimestre 2016.

 

Ce 3ème trimestre est marqué :
  • par une baisse du segment des installations domestiques (<9 kW), rompant une dynamique de croissance, s’établissant à son plus bas niveau (16 MW), 
  • par une baisse du segment des moyennes toitures (9 à 100 kW) qui n’avait cessé de croître depuis début 2016, s’établissant à 29 MW ce trimestre,
  • par une baisse du segment des grandes toitures (100 à 250 kW), atteignant un niveau de 12 MW,
  • par une baisse sur le segment des très grandes toitures (250 kW à 1 MW), s’établissant quand même à 5 MW, 
  • par une baisse du segment des grandes installations (1 MW et +), s’inscrivant à 118 MW ce trimestre, dont 108 sur le réseau de distribution.

La file d’attente poursuit sa croissance, au rythme actuel de raccordement, elle pourrait représenter 3 ans, voire 4 ans de nouvelles capacités à raccorder.

Cette baisse généralisée de tous les segments s’inscrit quand même dans une dynamique où les volumes sont assez hauts dans chaque segment (sauf pour les installations domestiques), volumes liés à la mise en service des projets AO CRE 3 et de la 3ème vague d’appels d’offres « toitures 100 à 250 kWc ». Questionnées le trimestre dernier, la durabilité et l’intensité de cette reprise restent assez aléatoires.

Cette baisse au 3ème trimestre 2017 rend l’atteinte de la barre du GW très illusoire.

 
 
NB : les chiffres de cet Observatoire concernent la France continentale, ils sont légèrement différents des chiffres du CGDD, car l’Observatoire n’a pas accès aux données de raccordement et de file d’attente des entreprises locales de distribution (ELD), ces dernières n’étant pas publiées.

76 GW de nouvelles installations photovoltaïques raccordées dans le Monde en 2016 (51 GW en 2015)

2016 a effectivement constitué un « grand millésime » au niveau mondial, en croissance par rapport à 2015 (+ 50%). Le marché mondial a atteint 76 GW à fin 2016, contre 51 GW à fin 2015 (sources concordantes : IRENA, SolarPowerEurope…).

Première énergie électrique installée dans le Monde en 2016 (en terme de nouvelles capacités installées).

L’électricité photovoltaïque est compétitive dans de nombreux pays, son prix de revient est devenu inférieur aux autres sources de production d’électricité traditionnelles ou renouvelables.

 

Référence : l’analyse du marché français en 2016

Le niveau de raccordement s’est établi à 551 MW en 2016 (hors ELD), en baisse de 35 % par rapport à la puissance raccordée en 2015.

Cet étiage des raccordements peut s’expliquer comme la conséquence d’une politique de soutien incertaine et chaotique entre 2013 et 2014 perturbant le cycle de développement des projets. Les difficultés d’approvisionnement sur les projets de l’AO CRE 2 (notamment CPV) et AO CRE 3, ainsi que la mise en œuvre « poussive » des projets de l’AO CRE 3 n’ont pas permis de redresser la situation. 

Ce niveau de raccordement est le plus bas jamais observé depuis 2010 (2010 correspondant au démarrage du photovoltaïque en France). Les segments des moyennes toitures (9 à 100 kW) et des grandes installations (1 MW et +) montrent des baisses de plus de 40%, le segment des toitures résidentielles reste stable, seul le segment de grandes et très grandes toitures connaît une croissance de plus de 40%. 

 

Etude sur les retombées socio-économiques de la filière solaire (2016)

Mis à jour le lundi 26 mars 2018 09:19

27ème édition de l'Observatoire

L’actualité du 2ème trimestre 2018 : une légère baisse des raccordements pour quasiment tous les segments, mais une nouvelle et forte hausse des entrées en file d’attente

 

 25ème édition en téléchargement (2,5 Mo)


Le volume de raccordement au 2ème trimestre 2018 s’établit à 217 MW. Ce volume est légèrement inférieur à celui du 1er trimestre 2018, mais il confirme une bonne dynamique de raccordement des projets lauréats aux appels d’offres (bâtiment et sol).

 
Ce 2ème trimestre est marqué :
  • par une légère baisse du segment des installations domestiques (<9 kW), reculant à un volume de 19 MW, 
  • par un retour confirmé à la normale du segment des moyennes toitures (9 à 100 kW), atteignant un volume de 32 MW (contre 76 MW fin 2017),
  • par une nouvelle hausse du segment des grandes toitures (100 à 250 kW), atteignant un niveau de 24 MW,
  • par une légère baisse sur le segment des très grandes toitures (250 kW à 1 MW), mais restant quand même à un volume de 6 MW, 
  • par une bonne dynamique du segment des grandes installations (1 MW et +), atteignant 137 MW ce trimestre, même si ce volume est en baisse par rapport à celui des 2 précédents trimestres.
Malgré un volume significatif de projets sortants, notamment sur le segment des grands projets, la file d’attente est à nouveau en forte croissance et le stock de projets dépasse largement les 3 GW.

Ce 2ème trimestre 2018 confirme la bonne entame pour tenir une trajectoire autour de 1 GW par an. Le Ministère augure d’un niveau de raccordement compris entre 1,2 et 1,5 GW en 2018, objectif qui nous semble « ambitieux ».
Plus de 2 ans après l’adjudication de l’AO CRE 3, il reste à confirmer, compte-tenu de l’incertitude sur l’origine des projets (tarif T5 ou AO CRE), que le taux de réalisation est bien supérieur à 80%. 
 
 
NB : les chiffres de cet Observatoire concernent la France continentale, ils sont légèrement différents des chiffres du CGDD, car l’Observatoire n’a pas accès aux données de raccordement et de file d’attente des entreprises locales de distribution (ELD), ces dernières n’étant pas publiées.

Près de 100 GW de nouvelles installations photovoltaïques raccordées dans le Monde en 2017 (76 GW en 2016)

2018 est comme 2017 une nouvelle année record, avec 99,1 GW raccordés dans le Monde, dont 53 GW en Chine. 

Première énergie électrique installée dans le Monde depuis 2016 (en terme de nouvelles capacités installées).

La compétitivité de l’électricité photovoltaïque par rapport aux autres sources de production d’électricité traditionnelles ou renouvelables n’est plus à prouver, son développement est mondial, trusté par l’Asie et les Amériques (quasiment 90% de la croissance annuelle). 


Référence : l’analyse du marché français en 2017

Le niveau de raccordement s’est établi à 838 MW (hors ELD, hors Corse) et de 873 MW (avec ELD et Corse). en hausse de 50 % par rapport à la puissance raccordée en 2016.

Après une année 2016 catastrophique, 2017 retrouve les niveaux de raccordement moyen des années 2014 et 2015. La croissance observée entre 2016 et 2017 n’est en fait qu’un rattrapage et le volume raccordé en 2017 n’a pas compensé les carences de raccordement de 2016. 

En 2017, les segments des moyennes toitures (9 à 100 kW) et des grandes installations (1 MW et +) montrent des hausses significatives ; les segments des toitures résidentielles, des grandes et très grandes toitures sont plutôt stables ou en croissance modérée. 

 
 

24ème édition - 3ème trimestre 2017

Etude sur les retombées socio-économiques de la filière solaire (2016)

Mis à jour le lundi 6 août 2018 18:53

25ème édition de l'Observatoire

L’actualité du 4ème trimestre 2017 : les raccordements photovoltaïques ont connu un sursaut ce trimestre et "sauvent" le bilan 2017.

 

 25ème édition en téléchargement (2,5 Mo)

L’année 2017 se conclut sur un volume de raccordement de 838 MW (hors ELD, hors Corse) et de 873 MW (avec ELD et Corse). Après une année 2016 catastrophique, 2017 retrouve les niveaux de raccordement moyen des années 2014 et 2015. La croissance observée entre 2016 et 2017 n’est en fait qu’un rattrapage et le volume raccordé en 2017 n’a pas compensé les carences de raccordement de 2016.


Le volume de raccordement au 4ème trimestre 2017 s’établit à 325 MW. Ce volume est 2 fois supérieur à celui du trimestre précédemment et 3,5 fois supérieur à celui du 4ème trimestre 2016. Cette forte croissance est conjoncturelle, car des obligations contractuelles de mettre en service arrivaient à échéance ce trimestre.

Ce 4ème trimestre est marqué en France :
  • par une légère reprise du segment des installations domestiques (<9 kW), mais reste à un niveau bas (19 MW), 
  • par une « explosion » du segment des moyennes toitures (9 à 100 kW), atteignant un volume inégalé de 76 MW, probablement due à l’exigence de raccordement des projets avant l’extinction de l’obligation d’achat, dans sa version antérieure au décret de mai 2016,
  • par une nouvelle baisse du segment des grandes toitures (100 à 250 kW), atteignant un niveau de 8 MW,
  • par une nouvelle baisse sur le segment des très grandes toitures (250 kW à 1 MW), tombant à 1 MW, 
  • par une très forte croissance du segment des grandes installations (1 MW et +), atteignant 252 MW ce trimestre, effet conjoncturel du raccordement de la vague des projets CRE3 deux ans après leur adjudication et de l’exigence de raccordement des projets disposant d’une demande sous obligation d’achat.
La croissance continue de la file d’attente observée jusqu’alors s’interrompt ce trimestre, sous l’effet d’un volume important de projets sortants sur le segment des grands projets. Malgré cet effet, la file d’attente représente un stock très important de projets (plus de 2,6 GW).

Après une baisse généralisée de tous les segments le trimestre précédent, le raccordement des projets lauréats de l’appel d’offres 2015 et des projets qui voulaient garder le bénéfice d’un tarif d’obligation d’achat stimule enfin le marché, redresse la tendance et sauve le résultat de l’année 2017. 

Cette hausse au 4ème trimestre 2017 ne permet cependant pas de retrouver la trajectoire autour de 1 GW par an, laquelle était nécessaire pour atteindre les objectifs de la PPE.
 
 « Après un troisième trimestre décevant, le pic de raccordement tant attendu s’est enfin produit sur la fin d’année, permettant ainsi à la filière de retrouver un volume annuel comparable à celui des années 2014 et 2015. Les statistiques de ce trimestre sont principalement stimulées par des projets lauréats en décembre 2015 (lesquels avaient 2 ans pour mettre en service) et des projets qui arrivaient au terme de leurs droits à bénéficier d’une obligation d’achat. Il est très probable que d’autres projets de ce type viennent nourrir l’activité encore quelques mois. Les puissances allouées pour les premières périodes des appels d’offres (« AO CRE 4 ») et augmentées pour les périodes prochaines devraient constituer le relais de croissance. Il est en revanche urgent de déterminer un cadre plus adapté pour le segment des toitures et ombrières de moins de 1 MWc, dont l’atonie atteste de la difficulté d’intégrer ces projets dans le cadre des Appels d’Offres. Annoncé il y a plusieurs semaines par le secrétaire d’Etat Sébastien Lecornu, nous espérons que le groupe de travail dédié à la libération de cette énergie y répondra », déclare Gauthier DIENY, Président de France Territoire Solaire pour l’année 2018. 
 
 
NB : les chiffres de cet Observatoire concernent la France continentale, ils sont légèrement différents des chiffres du CGDD, car l’Observatoire n’a pas accès aux données de raccordement et de file d’attente des entreprises locales de distribution (ELD), ces dernières n’étant pas publiées.

Près de 100 GW de nouvelles installations photovoltaïques raccordées dans le Monde en 2017 (76 GW en 2016)

2017 s’annonce comme une nouvelle année record. Certains analystes estiment que la barre des 100 GW pourrait être atteinte en 2017. 

L’année 2016 avait déjà constitué une année record avec 76 GW raccordés dans le Monde, en croissance par rapport à 2015 (+ 50%). 

Première énergie électrique installée dans le Monde en 2016 (en terme de nouvelles capacités installées).

L’électricité photovoltaïque est compétitive dans de nombreux pays, son prix de revient est devenu inférieur aux autres sources de production d’électricité traditionnelles ou renouvelables.

 

Référence : l’analyse du marché français en 2016

Le niveau de raccordement s’est établi à 551 MW en 2016 (hors ELD), en baisse de 35 % par rapport à la puissance raccordée en 2015.

Cet étiage des raccordements peut s’expliquer comme la conséquence d’une politique de soutien incertaine et chaotique entre 2013 et 2014 perturbant le cycle de développement des projets. Les difficultés d’approvisionnement sur les projets de l’AO CRE 2 (notamment CPV) et AO CRE 3, ainsi que la mise en œuvre « poussive » des projets de l’AO CRE 3 n’ont pas permis de redresser la situation. 

Ce niveau de raccordement est le plus bas jamais observé depuis 2010 (2010 correspondant au démarrage du photovoltaïque en France). Les segments des moyennes toitures (9 à 100 kW) et des grandes installations (1 MW et +) montrent des baisses de plus de 40%, le segment des toitures résidentielles reste stable, seul le segment de grandes et très grandes toitures connaît une croissance de plus de 40%. 

 

24ème édition - 3ème trimestre 2017

Etude sur les retombées socio-économiques de la filière solaire (2016)

Mis à jour le lundi 6 août 2018 18:50